Sommet sur le financement des économies africaines, 18 mai 2021

 

Allocution d'Angel Gurría,

Secrétaire général, OCDE

Paris, 18 mai 2021

Mesdames et Messieurs,

Ce Sommet est des plus importants. La pandémie de la COVID-19 a touché l’Afrique de plein fouet, la confrontant à sa première récession en 25 ans. Avec des ressources financières limitées, cette situation pourrait plonger 40 millions de personnes de plus dans l'extrême pauvreté d'ici à la fin de 2021.

Il est impératif de mettre en place des actions coordonnées pour permettre au continent de surmonter cette crise. Mais aussi pour réaliser les ambitions de l’Agenda 2063 de l’Union africaine et les Objectifs de développement durable.

Répondre à ces défis demande une coopération multilatérale renforcée. Permettez-moi d’en souligner trois des principales:

  • Premièrement, renforcer la mobilisation des ressources domestiques africaines à travers des programmes comme l’Académie de l’Afrique de l’Ouest pour les enquêtes fiscales et financières, ou Inspecteurs des impôts sans frontières avec le PNUD. Le Cadre inclusif de l’OCDE et du G20 sur le BEPS permet aux gouvernements africains de jouer un rôle actif dans la réforme de la fiscalité internationale.
  • Deuxièmement, favoriser les investissements productifs pour accélérer la mise en œuvre d’infrastructures de qualité en ligne avec les standards OCDE, notamment en matière de lutte contre la corruption, et la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat, à travers des initiatives comme notre plateforme conjointe avec la Commission de l’Union africaine sur l'investissement et la transformation productive ; l’Initiative NEPAD-OCDE pour l’investissement en Afrique ; ou le Cadre pour l’alignement de la finance privée avec les ODD, sous l’impulsion politique de la France et du G7.
  • Troisièmement, promouvoir l’emploi et l’entrepreneuriat féminin. L’Indice des institutions sociales et du genre (SIGI) estime le coût des institutions sociales discriminant les femmes à 7,5% du PIB de l’Afrique en 2019 – coût alourdi par la crise de la COVID-19. Développer le secteur de l’emploi pour y inclure les 600 millions de femmes africaines est essentiel pour une croissance inclusive.

Chers amis,

La crise actuelle nous offre une opportunité historique de repenser la coopération pour le développement de l’Afrique en plaçant les investissements publics et privés au centre de la reprise pour la résilience, l'inclusion et la durabilité.

L’OCDE s’engage à participer pleinement à ces efforts et à soutenir concrètement les conclusions de ce Sommet.

Merci.

 

Documents connexes

 

Annual report
Découvrez
l'OCDE
Téléchargez
Brochure
Rapport
annuel
Téléchargez