Conférence ministérielle sur le climat et le développement, 31 mars 2021

 

Allocution de M. Angel Gurría,

Secrétaire général de l’OCDE

Paris, 31 mars 2021

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Pour relever les défis mondiaux du climat, nous devons aider les pays en développement à réussir la transition vers la durabilité afin qu’ils remplissent les objectifs de zéro émission nette et de résilience face au changement climatique.

L’OCDE considère qu'il faut pour cela respecter plusieurs principes fondamentaux.

Premièrement, la transition doit être synonyme d’un développement porteur d'une croissance et d’emploi meilleurs ainsi que de bien-être pour tous.

Deuxièmement, l'accès aux financements doit être une priorité essentielle. Il est urgent que les donneurs redoublent d’efforts pour aider les pays en développement à faire face aux effets immédiats de la pandémie et à intégrer la dimension climatique dans leur plan de reprise post-COVID-19.

La guerre contre le virus a mobilisé 15 000 milliards USD, l’APD 153 milliards USD au total, dont seulement une fraction sert à combattre le changement climatique. Nous pouvons faire mieux. C’est une nécessité. Un impératif !

Cela suppose d'accompagner la transition vers les énergies renouvelables. Il est essentiel de financer des infrastructures et activités à faibles émissions et climato-résilientes pour que les pays ne se retrouvent pas enfermés dans des voies de développement qui les rendront encore plus vulnérables au changement climatique ou créeront des actifs échoués et des situations de surendettement.

Troisièmement, la transparence est une condition indispensable à l’augmentation du soutien international. Depuis 2015, l’OCDE mesure la distance parcourue par les pays développés dans la réalisation de l’objectif consistant à consacrer 100 milliards USD par an à l’action climatique dans les pays en développement.

Ce ne sont plus des milliards, mais des milliers de milliards qu’il faut réunir. Or, cela n’est possible qu'avec le concours du secteur privé.

Pour faciliter la réalisation des objectifs de neutralité climatique, l’OCDE a entrepris de définir des indicateurs liés au climat permettant de suivre les progrès accomplis par les pays à mesure qu'ils se relèvent de la crise du COVID-19. Nous travaillons aussi sur une proposition de Programme international pour l’action face au changement climatique (IPAC) pour aider les pays à remplir les objectifs climatiques fixés pour le plus long terme.

Mais il ne sera véritablement possible d'avancer que si le carbone coûte très cher. Sans quoi tous nos efforts seront vains. Aujourd'hui, 70 % des émissions échappent à l’impôt, ce qui va à l’encontre du but recherché.

Entre autres mesures, nous devons tourner la page du charbon.

Mesdames, Messieurs les Ministres, vous pouvez compter sur l’OCDE ! Notre responsabilité première, la plus importante, vis-à-vis des générations à venir est la protection de la planète.

Je vous remercie.

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)
Annual report
Découvrez
l'OCDE
Téléchargez
Brochure
Rapport
annuel
Téléchargez