Conférence de Paris 2020: Rebâtir la Confiance Maintenant

 

Allocution d'ouverture d'Angel Gurría,

Secrétaire Général, OCDE

09 novembre 2020
Paris, France


Vidéo

Texte du message vidéo

Cher Nicolas Rémillard, chers amis,

C’est un immense plaisir de participer à nouveau à la Conférence de Paris. Nous aurions aimé pouvoir vous accueillir à l’OCDE, comme le veut la tradition, mais la situation actuelle ne nous le permet malheureusement pas.
L’OCDE est fière d’être un partenaire de cet évènement important qui, chaque année, nous offre une opportunité unique de dialoguer au sujet des défis mondiaux et de trouver ensemble des solutions, rassemblant les points de vue des gouvernements, du secteur privé, de la société civile et des organisations internationales.

La pandémie de COVID 19 a entraîné une crise sanitaire, économique et sociale sans précédent sur toute la planète. Elle a fait plus de 1.5 million de morts, et plus de 50 millions de contaminations ont été recensées jusqu’ici.
En outre, les répercussions économiques sont graves. D’après les projections de nos Perspectives économiques de septembre, le PIB mondial pourrait baisser de 4.5 % cette année. Aux États-Unis et au Japon, les dépenses de consommation restent inférieures d’environ 4 % au niveau auquel elles s’établissaient avant la pandémie. Dans certains pays, l’activité dans les secteurs de l’hôtellerie a reculé de 60 à 80 % au cours des trois premiers mois de la pandémie.

Les personnes qui sont le plus durement touchées par la crise sociale sont celles qui se situent au bas de l’échelle des revenus ou qui ont un emploi précaire. Les travailleurs qui se situent dans le quart supérieur de la distribution des revenus étaient 50 % plus susceptibles de travailler à domicile que les travailleurs situés dans le quart inférieur, lesquels étaient deux fois plus susceptibles d’avoir cessé toute activité.

En outre, la crise du COVID 19 exacerbe les faiblesses qui existaient déjà avant la flambée épidémique : croissance économique atone, creusement des inégalités au niveau des revenus, du patrimoine et des chances, et effondrement de la confiance.

Nous devons faire porter les efforts sur une reprise inclusive et durable, et nous assurer que les bénéfices d’une telle reprise soient largement partagés. Il nous faut pour cela collaborer avec les partenaires sociaux, adapter les compétences et nous attacher à mettre en œuvre des politiques et services répondant aux besoins des jeunes.

Cette reprise doit également être plus verte. Notre responsabilité première, la plus importante, vis-à-vis des générations à venir demeure la protection de la planète. Les secteurs verts offrent des perspectives considérables de création d’emplois, en particulier les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et les activités liées à la nature.

Dans le cadre de notre riposte face à la crise du COVID 19, nous avons créé une plateforme numérique consacrée à la lutte contre le coronavirus, qui offre un point d’accès unique aux analyses de l’OCDE sur les conséquences du COVID 19 sur les plans de la santé, de l’économie, de la société, de l’environnement et de la gouvernance. Elle est déjà riche d’environ 160 synthèses, qui concernent tous les domaines couverts par les travaux de l’OCDE et la pandémie de COVID 19. Nous avons en outre organisé des dialogues ciblés au niveau des Ministres ou des Dirigeants, visant à aider les pouvoirs publics à lutter contre la crise. Lors de notre récente Réunion du Conseil au niveau des Ministres, dont le thème était « Sur la voie d’une reprise forte, résiliente, verte et inclusive », les Ministres ont confirmé leur profonde adhésion à une reprise présentant ces caractéristiques.

Un État ne peut, à lui seul, atteindre ces objectifs. Une coopération plus étroite entre toutes les parties prenantes est essentielle, aussi bien au sein des pays qu’entre eux. Le dialogue social permettant de cerner les limites à ne pas dépasser, dans de nombreux pays, des accords ont pu être trouvés sur le chômage partiel afin de préserver l’emploi. Les entreprises ont accepté de s’abstenir de licencier, les syndicats ont accepté une réduction du temps de travail et une baisse des salaires mensuels, et les États sont intervenus pour compenser une partie de la perte salariale.

La solidarité ne doit pas faiblir. Les banques centrales doivent prolonger leurs politiques accommodantes ; les politiques budgétaires doivent rester flexibles et centrées sur la lutte contre le virus et ses conséquences.

L’OCDE travaille en étroite collaboration avec les entreprises et les pouvoirs publics afin de garantir la mise en œuvre des Principes directeurs à l’intention des entreprises multinationales et des principes de la conduite responsable des entreprises. En outre, lors du Sommet du G7 de 2019, nous avons lancé la plateforme « Les entreprises à l’appui de la croissance inclusive » (B4IG). Ce partenariat entre l’OCDE et une coalition mondiale de 40 entreprises pilotée par leurs dirigeants s’attache résolument à promouvoir les droits de l’Homme, à rendre les lieux de travail plus inclusifs et à renforcer l’inclusivité des chaînes de valeur et des écosystèmes d’entreprises. Il se concentre aujourd’hui sur la lutte contre le COVID 19 et ses répercussions.

Mesdames et Messieurs,

Cette année, plus que jamais, la Conférence de Paris offre une occasion unique de tisser des liens plus étroits et de partager des solutions pour « Reconstruire en mieux ». Soyez assurés que l’OCDE continuera de renforcer notre coopération multipartite. Ce n’est qu’en travaillant ensemble que nous pourrons espérer parvenir à une reprise forte, résiliente, verte et inclusive.

Merci à tous.

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)
Annual report
Découvrez
l'OCDE
Téléchargez
Brochure
Rapport
annuel
Téléchargez