Partager

Portugal

Le Portugal doit adapter son système de retraite au vieillissement rapide de la population

 

19/03/2019 - Une réforme du système de retraite s’impose au Portugal pour relever le double défi de la contraction rapide de la population active et des inégalités marquées au sein de la population âgée, selon un nouveau rapport de l'OCDE.

Il ressort du rapport de la série « OECD Reviews of Pension Systems » consacré au Portugal que le vieillissement rapide de la population portugaise, imputable à un taux de fécondité faible et à l’allongement de l’espérance de vie, pèse sur le financement des retraites. La population totale a commencé à diminuer dernièrement, et devrait passer sous la barre des 9 millions de personnes d’ici à 2050 contre un record de 10.7 millions en 2009, sous l’effet d’un net recul du nombre de jeunes et d’adultes d’âge actif.

La contraction de la population en âge de travailler enregistrée au Portugal sera l’une des plus marquées de toute la zone OCDE : ainsi, la population des 20-64 ans devrait reculer de 30 % d’ici à 2050, contre une diminution moyenne de 5 % dans la zone OCDE. En 2050, le Portugal comptera 7 personnes de plus de 65 ans pour 10 personnes d’âge actif, contre un peu plus d’une pour trois aujourd’hui et une pour cinq en 1975. Ce phénomène pourrait avoir des conséquences majeures sur le marché du travail, la croissance économique et le financement des retraites, selon le rapport de l'OCDE.

« Le Portugal a mené une réforme en profondeur de son système de retraite au cours des dernières décennies afin de renforcer sa viabilité financière », a déclaré Stefano Scarpetta, Directeur de  l’emploi, du travail et des affaires sociales de l'OCDE, à l’occasion du lancement du rapport aux côtés du ministre du Travail, de la solidarité et de la sécurité sociale du Portugal, M. José António Vieira da Silva. « Les efforts doivent désormais viser à améliorer les incitations et la capacité des personnes plus âgées à rester plus longtemps sur le marché du travail, à simplifier le filet de sécurité destiné aux personnes âgées et le système de retraite, et à procéder aux changements nécessaires pour faire face à l’allongement de la durée de vie ».

Parmi les grandes réformes engagées récemment par le Portugal dans le domaine des retraites figurent l’harmonisation de l’âge de la retraite pour les hommes et pour les femmes, l’indexation de l’âge de la retraite sur l’espérance de vie, l’allongement de la période retenue pour le calcul du salaire de référence, et l’intégration progressive du régime de retraite de la fonction publique dans le régime général. Toutefois, des améliorations sont encore possibles.

Les inégalités de revenu entre les personnes âgées sont très marquées au Portugal, même s’il existe des filets de protection qui réduisent le risque de pauvreté au moment de la vieillesse, qui s’établit d’ailleurs en deçà de la moyenne de l'OCDE. Toutefois, l’accès à ces dispositifs n’est pas toujours aisé. Les formalités administratives complexes génèrent des coûts importants et de longs délais d’attente qui peuvent dissuader certaines personnes de demander à bénéficier de prestations. Parallèlement, il conviendrait de simplifier les prestations non contributives afin d’éviter la multiplication d’instruments aux objectifs analogues. En particulier, il faudrait fusionner la pension sociale de vieillesse, la pension complémentaire (CES) et le complément de solidarité pour les personnes âgées (CSI), et supprimer les critères de ressources basés sur le revenu des enfants appliqués dans le cadre du CSI.

Le lien établi entre l’âge légal de la retraite et l’évolution de l’espérance de vie est indispensable pour assurer la pérennité financière du système de retraite. Ce lien devrait être étendu à l’âge minimum retenu pour bénéficier de la retraite anticipée. Par ailleurs, s’il faut encourager l’allongement de la vie active, le facteur de viabilité, qui a été modifié en 2014, n’aboutit plus désormais qu’à une pénalité importante en cas de départ anticipé à la retraite. Il est nécessaire d’appliquer des pénalités financières adaptées en cas de retraite anticipée, mais le facteur de viabilité doit plutôt être utilisé pour ajuster l’ensemble des pensions de retraite afin d’assurer la viabilité financière du système.

Il faut aussi renforcer les incitations à cotiser aux régimes volontaires, et promouvoir les régimes professionnels afin d’en élargir la couverture. La réglementation des fonds de pension doit en outre être améliorée.

Lire le rapport OECD Reviews of Pension Systems: Portugal.

 

Pour de plus amples informations, les journalistes sont invités à prendre contact avec Catherine Bremer au Service de presse de l'OCDE (+33 1 45 24 80 97).

 

Coopérant avec plus d'une centaine de pays, l'OCDE est un forum stratégique international qui s'emploie à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien-être économique et social des populations dans le monde entier.

 

Documents connexes